Collectivités

Quatre recommandations

Inclure l’habitat participatif dans les Plans Locaux de l’Habitat, et les Plans Locaux d’Urbanisme, en réservant du foncier et des droits à construire dans les zones d’aménagement.

Partager cette volonté politique ambitieuse entre élus, équipes technique communale et operateurs (EPFIF, aménageurs, équipes de renouvellement urbain).

Pour les citoyens, il s’agit de construire les conditions d’une représentativité réelle. Celle-ci doit être adaptée à chaque territoire en y valorisant les dynamiques propres de son écosystème d’acteurs locaux plutôt qu’en administrant la concertation à dire d’experts.

Pour les habitants, il s’agit de construire une confiance mutuelle respectueuse de la parole de chacun (y compris des plus silencieux) et de mobiliser le plus grand nombre ; Il s’agit aussi en étant partie prenante du projet, de rompre avec des attitudes de défiance envers les autres acteurs de l’écosystème.

Pour les élus, il s’agit de développer la « délégation de confiance » aux citoyens : écouter et entendre leurs demandes, accepter le dialogue et procéder dans la plus grande transparence dans les arbitrages qui en découlent ; accorder confiance à leur intelligence collective et une fois une feuille de route partagée entre les parties, en tenir les engagements.

Pour lancer les opérations d’aménagement, réserver des terrains nobles. La vie sociale qui en découle va impacter l’acceptabilité et l’image du projet de construction, d’aménagement ou de reconversion.

Programmer ces projets dès le démarrage des opérations c’est miser sur l’apport de l’habitat participatif à vie sociale du quartier.

Développer des démonstrateurs : montages novateurs de projet pouvant atteindre 50 à 80 logements en première couronne en neuf ou en restructuration du bâti via le Bail Réel Solidaire ou en SCI-APP.

Rechercher un équilibre entre une équité d’accès aux droits de tous au projet et une ampleur de mobilisation d’intelligence collective citoyenne raisonnée :

Éviter de créer trop d’attentes et de désillusion chez les candidats non retenus.

Prendre en compte les spécifiés de la participation habitante notamment lors d’une consultation promoteur (délai, travail collaboratif entre les futurs habitants et l’architecte …).

Limiter la mise en concurrence de citoyens : des solutions dans le respect du droit et de la justice existent, elles sont préférables à des modes de consultation qui privilégient un public averti.

Témoignage

J'adore l'habitat participatif

« Témoignage à venir »

Retour haut de page